LES ALLEMANDS

Imprimer la pageAugmenter le texteDiminuer le texte

Au cimetière militaire allemand de Lens-Sallaumines : Paul Mauk,l’enfant soldat

L’ENFANT dort, entouré de ses 15 645 camarades. Au bout du cimetière de Lens-Sallaumines, dans le carré réservé aux militaires allemands, est enterré le plus jeune engagé de toute la Grande Guerre. Paul Mauk n’avait que 14 ans. Le 6 juin 1915, une balle perdue lui a arraché l’avantbras et a mis le feu aux munitions qu’il portait en poche. Il est mort le lendemain, « sans une plainte ».

La guerre a éclaté l’année de sa communion. « Paul Mauk était un jeune homme ouvert qui ne cachait pas ses sentiments », décrit Ernst Jünger*, essayiste et romancier allemand. « Il était d’une bonté naturelle, dit encore l’écrivain allemand, et d’une gaieté sans ambages ». Quand il était petit, Paul voulait devenir médecin « pour soulager les hommes et rendre service ».

L’enfant aimait les fleurs… mais aussi les histoires de bataille. Celles de Felix Dahn en particulier et surtout le roman « Combat pour Rome », dont le personnage Tolita était son héros préféré. Paul Mauk était le sixième d’une famille de huit enfants. Né le 19 juillet 1900 dans un village de la Forêt Noire, il a grandi « entouré d’amour » à Freiburg. Il nourrissait des liens très affectueux avec Walther son frère aîné seulement d’une petite année.

Dans leur costume de communiant
Quand la guerre a été déclarée, les jeunes gens « conscients de leurs responsabilités » se sont inscrits à la caserne 113… Pour cacher leur grande jeunesse et avoir l’air sérieux, ils ont endossé leur costume de communiant.

Ils étaient bien bâtis et mûrs, aussi, il ne leur aura pas été trop difficile de tricher sur leur âge… Les deux frères ont obtenu le certificat d’aptitude pour toutes les armes à feu et ont rejoint les compagnies de réserve. Après une formation dure et sévère dans la IVe compagnie, ils sont envoyés dans la IIIe « où Paul est remarqué pour son humour, son ardeur et son talent de tireur ». Au sein de cette compagnie, quand vint l’époque de Noël, les frères Mauk s’occupèrent du sapin, des cadeaux et des surprises pour leurs camarades. L’enfance n’était pas si loin…

Pour lire la suite, téléchargez le PDF.

Découvrez la peinture de Max Gehlsen, un artiste allemand dans la grande Guerre, sur le site des archives du Pas-de-Calais en cliquant ici.

galerie_allemands_1