LES ECOSSAIS

Imprimer la pageAugmenter le texteDiminuer le texte

Blue Bonnets O’er the Border

25 Septembre 1915, bataille de Loos. Le bruit assourdissant des bombes, les balles qui sifflent, les cris de douleur et de terreur… Soudain, un air traditionnel écossais semble dominer la mitraille. Le Piper Daniel Laidlaw est sorti de sa tranchée avec sa cornemuse et accompagne ses camarades vers les lignes allemandes.

« Joue pour eux Laidlaw. Pour l’amour de Dieu, joue pour eux ! » Le Piper joue Blue Bonnets O’er the Border puis On the Braes O’Mar. Touché deux fois à la jambe, il avance malgré tout. Quand l’objectif est atteint par ses camarades, il revient dans sa tranchée, avec sa cornemuse.

La sortie du Piper Laidlaw est un épisode hors du commun de la Grande Guerre. Sorti vivant du conflit, Daniel Laidlaw interprètera son propre rôle dans le film « The guns of Loos » en 1928, apparaissant aussi cinq ans plus tard dans « Forgotten
Men ». « Le 25 septembre 1915, mes cheveux ont blanchi en quelques heures », racontait Daniel Laidlaw qui mourut en 1950. Le Piper du 7th Battalion King’s Own Scottish Borderers symbolise « à merveille » la présence écossaise dans l’armée britannique.

Une présence qui ne passait vraiment pas inaperçue, les soldats écossais portaient leur propre uniforme : le kilt bien sûr avec l’aumônière en cuir sur le devant, le béret sur la tête. Ces soldats ont frappé les esprits, les Allemands les surnommaient
« Damen von Hölle », les dames de l’enfer ; les populations locales s’étonnaient de les savoir sans sous-vêtements ! Dames de l’enfer, car le courage, le jusqu’au-boutisme ont collé à la peau des unités écossaises dans toutes les batailles auxquelles elles ont participé.

147000 Écossais ont trouvé la mort lors de la Première Guerre mondiale : cela représente 20 % des pertes britanniques. Pour se faire une idée de l’hécatombe, il
faut par exemple comparer avec l’Australie. Australie et Écosse comptaient 5 millions d’habitants en 1914 : 60000 Australiens sont morts en 14-18. Les
pertes furent énormes pendant la bataille de Loos : 50 % des effectifs pour chacun des huit bataillons de la 15ème Division écossaise ayant attaqué le village et la Côte 70.

23 août 1918, le 2ème bataillon des Royal Scots attaque à revers les Allemands qui sont retranchés à Courcelles-le-Comte. Le soldat Hugh McIver, un agent de liaison,
se lance seul à l’assaut d’une position ennemie. Il tue six Allemands, en capture vingt, s’empare de deux mitrailleuses… Quand un tank britannique se trompe de
cible, visant son propre camp, Mc Iver fonce sur l’engin et rectifie le tir ! Actes héroïques qui lui vaudront la Victoria Cross remise à titre posthume à ses parents en 1919 car Hugh McIver est tué le 2 septembre près du bois de Vraucourt. Il avait 28 ans.

23 août 2008, grâce aux recherches, à la persévérance de Christophe Guéant, un passionné d’histoire locale soutenu depuis deux ans par The Somme Remembrance
association, Courcelles-le-Comte accueille des hommes du 1st Battalion Royal Regiment of Scotland et une quarantaine de membres de la famille de Hugh McIver, venus assister à l’inauguration d’un monument « franco-anglais-écossais » destiné à saluer la mémoire du soldat écossais (né à Linwood, Paisley) McIver mais aussi destiné « à saluer le sacrifice d’une génération pour un idéal de liberté ».

galerie_ecossais_1